Nos experts vous tiennent informé des dernières évolutions des marchés.
making-a-budget-tracking-finances
Monthly Market News

Monthly Market News juillet 2022 – Tendances sur les marchés

Par Johan Gallopyn - Investment Desk Analyst
Après un premier semestre faible, le mois de juillet a été particulièrement positif pour les marchés d'actions, tandis que les rendements obligataires ont fortement baissé. L'euro s'est affaibli par rapport à la plupart des devises. Notre expert, Johan Gallopyn, analyse les tendances sur les marchés en juillet 2022.

Marchés d’actions : sentiment d'été sur les marchés boursiers

En juillet, les marchés boursiers ont enregistré leur plus forte performance mensuelle depuis novembre 2020, date à laquelle le premier vaccin contre le covid a été annoncé. Plusieurs éléments ont contribué au rebond des prix. La Réserve fédérale a effectivement relevé son taux directeur de 75 points de base, mais elle a signalé dans le même temps que le rythme des hausses de taux pourrait ralentir si l'économie l'exigeait. Par ailleurs, la saison des résultats a plutôt bien démarré, tant aux États-Unis qu'en Europe. Les résultats de certains grands noms contenaient quelques aubaines, comme dans le secteur technologique, mais il y a eu aussi des déceptions notables (par exemple Walmart).

La reprise a été menée par les valeurs de croissance, une tendance assez similaire aux États-Unis et en Europe. La combinaison de la baisse des taux d'intérêt et des craintes relatives à la croissance économique explique la meilleure performance des valeurs de croissance par rapport aux valeurs ‘value’.

Lors de la reprise du mois dernier, les bourses américaines ont fait mieux qu'ailleurs, également en dollars, en raison notamment de la pondération plus élevée des actions de croissance dans les indices boursiers. En Europe, la crise du gaz et la crise politique italienne ont pesé sur la confiance, mais les bourses européennes ont néanmoins pu afficher une solide performance. Après une forte performance au cours des mois précédents, les actions chinoises ont maintenant sous-performé. La recrudescence de la contagion Covid et les confinements associés ont entraîné une révision à la baisse des prévisions de croissance, tandis que les risques sur le marché immobilier chinois se sont aggravés. Les promoteurs immobiliers sont confrontés à des difficultés de financement, qui les empêchent de mener à bien leurs projets de construction. Certains acheteurs mécontents ont commencé à ne plus payer les mensualités de leur crédit.
Marchés d’actionsJuillet3 moisDepuis 31/1212 mois
MSCI EMU NR7.3%-2.0%-12.8%-8.8%
MSCI EUROPE NR7.6%-1.5%-7.3%-1.3%
MSCI USA NR12.1%3.4%-4.1%7.8%
MSCI JAPAN NR8.4%2.4%-6.0%-0.3%
MSCI EM. MARKETS NR2.3%-3.2%-8.4%-7.1%
MSCI AC WORLD NR9.7%1.5%-4.8%4.1%
Performances en EUR au 31/07/2022 Source : Bloomberg

Marchés obligataires : une forte baisse des taux d'intérêt à long terme

En juillet, les rendements obligataires ont poursuivi la tendance à la baisse amorcée à la mi-juin. Les craintes de récession restent bien présentes sur le marché. Le rendement à 10 ans américain est passé de 3,5 % à la mi-juin à 2,65 % à la fin juillet et le rendement à 10 ans allemand de 1,75 % à 0,85 % sur la même période. Le taux américain à 10 ans est passé sous le taux à 2 ans. Une courbe de rendement dite inverse est considérée par certains comme le signal d'une récession imminente.

La chute du gouvernement Draghi et l'incertitude politique ont entraîné un nouvel élargissement de l'écart de taux d'intérêt sur les obligations d'État italiennes, qui a atteint 225 points de base à la fin du mois de juillet. Des élections anticipées sont prévues pour le 25 septembre et les sondages suggèrent une possible coalition des partis de droite et d'extrême droite. On craint que la discipline budgétaire ne soit abandonnée.

Les écarts de taux des obligations d'entreprises européennes (tant pour les obligations de qualité que pour les obligations à haut rendement) se sont quelque peu resserrés en juillet, après leur forte hausse des derniers mois. La prise de risque sur le marché par les investisseurs et la hausse des taux d'intérêt ont ravivé l'intérêt des investisseurs pour les obligations d'entreprises.
Taux gouvernementaux 10 ansActuelJuillet3 moisDepuis 31/12
Belgique1.42-0.59-0.101.23
France1.38-0.54-0.081.18
Allemagne0.82-0.52-0.120.99
Italie3.02-0.240.251.85
Grèce2.96-0.66-0.391.62
Espagne1.92-0.51-0.061.35
Etats-Unis2.65-0.36-0.281.14
Japon0.19-0.05-0.050.11
Evolution jusqu'au 31/07/2022Source : Bloomberg

Banques centrales : la normalisation accélérée de la politique monétaire se poursuit

La Réserve fédérale a relevé son taux d'intérêt directeur pour la quatrième fois consécutive cette année. Comme la précédente augmentation, elle était de 75bps pour porter la fourchette à 2,25-2,50 %. Cela était largement attendu. Plus important encore, la Fed a indiqué que les prochaines hausses pourraient se faire à un rythme plus modéré, ce qui a salué par les marchés. Les attentes du marché pour les trois réunions restantes de cette année sont de 50 points de base en septembre et de 25 points de base chacune en novembre et décembre. Selon les prévisions actuelles, il s'agirait de la dernière hausse de taux de ce cycle.

La Banque centrale européenne a augmenté le taux de dépôt de 0,50 %, mettant ainsi fin à l'ère des taux d'intérêt négatifs. Toute hausse prochaine des taux dépendra de l’évolution de la situation économique et de l’inflation. Lors de cette réunion, la BCE a dévoilé les détails sur son nouvel instrument anti-fragmentation. Parmi ses caractéristiques principales, la BCE pourrait activer cet outil et acheter des obligations de pays en difficulté sur le marché en cas de détérioration importante des conditions de financement qui ne sont pas en lien avec les fondamentaux macroéconomiques du pays en question. Afin que le pays puisse bénéficier de cette aide, il y a des conditions à remplir. L’une d’entre elle est le respect des règles budgétaires européennes qui devraient rentrer à nouveau en vigueur ces prochaines années après avoir été suspendues durant la période covid. Les détails restent toutefois flous sur les critères qui amèneraient la BCE à déclencher ce mécanisme.
Tarif Banque centraleActuelDernier mouvementDate
Fed funds2.25-2.5%+0.75%Juillet 2022
BCE taux de dépôt0.0%+0.50%Juillet 2022
Situation au 31/07/2022 Source : Bloomberg

Devises : euro plus faible

L'euro s'est affaibli par rapport à la plupart des autres monnaies. La crise du gaz a renforcé les craintes d'une récession plus tard dans l'année, tandis que la crise politique en Italie a pesé sur la confiance. Mi-juillet, le dollar avait atteint la parité avec l'euro. Dans la seconde moitié du mois, l'euro a pu rattraper une partie de sa perte à la suite à l'annonce par la BCE de son nouvel outil anti-fragmentation. L'attitude plus détendue de la Réserve fédérale concernant les futures hausses de taux d'intérêt a également contribué à l'appréciation de l'euro et à la baisse du dollar à la fin du mois.

Les autres devises en dollars (AUD, CAD et NZD) se sont également renforcées par rapport à l'euro. Les banques centrales de ces trois pays ont relevé leurs taux directeurs dans le courant du mois, la banque centrale canadienne les ayant même augmentés soudainement de 100 points de base.

Après avoir déjà atteint le niveau de 1 par rapport à l'euro le mois dernier, le franc suisse a encore augmenté au cours du mois et est devenu 2,8 % plus cher. Les couronnes norvégienne et suédoise se sont toutes deux renforcées par rapport à l'euro (respectivement de 4,2 % et 3,2 %). Le taux d'inflation plus élevé que prévu en juillet en Norvège devrait entrainer une accélération des hausses de taux d'intérêt.

Dans l'ensemble, les monnaies des marchés émergents ont continué à afficher des performances plutôt faibles, dans un contexte de dollar fort. Une certaine reprise a été observée dans la seconde moitié du mois, à l'exception de la livre turque qui a continué à perdre du terrain.
DevisesActuelJuillet3 moisDepuis 31/12
USD1.0222.5%3.1%10.1%
GBP0.8392.5%-0.1%0.2%
JPY136.164.3%0.6%-4.0%
CHF0.9732.8%5.2%6.2%
Evolution par rapport à I'EUR jusqu'au 31/07/2022 Source : Bloomberg

Matières premières : La tendance à la baisse se poursuit

Le prix du pétrole Brent est brièvement passé sous la barre des 100 dollars le baril dans le courant du mois. Pour rappel, le pic du mois de mars était de 128 dollars. La modération de la demande de pétrole en cas de récession des économies occidentales continue de peser sur le prix. À la fin du mois, le prix s'est quelque peu redressé.

Le prix du gaz européen est brièvement tombé à 150 Mwh après que la Russie ait repris ses livraisons de gaz suite à des travaux de maintenance sur le gazoduc Nord Stream 1. Une nouvelle réduction de l'offre a fait rebondir le prix à 200 euros par Mwh, soit une augmentation d'un tiers en un mois.

Les prix des matières premières industrielles ont poursuivi leur tendance à la baisse en juillet. Le prix du cuivre est tombé à 7 000 USD par tonne à la mi-juillet (contre plus de 10 000 USD il y a seulement 3 mois). Dans la seconde moitié du mois, le prix du cuivre a pu se redresser quelque peu, un certain nombre de producteurs ayant revu à la baisse leurs prévisions de production pour le reste de l'année.

Le renforcement du dollar et la hausse des taux d'intérêt à court terme pèsent sur le prix de l’or. En outre, l'appétit général des investisseurs pour le risque s'est quelque peu amélioré, ce qui a réduit l'intérêt pour les placements ‘safe haven’.
Matières premièresActuelJulillet3 moisDepuis 31/12
Matières premières (GSCI)692.64-2.3%-8.5%23.4%
Pétrole (Brent)110.01-4.2%0.6%41.4%
Or1765.94-1.4%-6.8%-2.6%
Evolution ie EUR jusqu'au 31/07/2022 Source : Bloomberg
Restez informé
Abonnez-vous à notre blog
L'actualité financière vous intéresse ? Abonnez-vous à notre blog et recevez les nouveaux articles directement dans votre boîte e-mail.
Nous respectons votre vie privée et veillons à ce que vos données soient traitées en toute sécurité.
Partager l'article
Plus sur ce thème: