Nos experts suivent de près les évolutions macro-économiques et les marchés financiers.
pexels-tima-miroshnichenko-7567443-1200x400
Monthly Market News

Monthly Market News décembre 2022 – Tendances sur les marchés

Par Johan Gallopyn - Investment Desk Analyst
2022 était une année pas comme les autres pour les investisseurs. La poussée d'inflation a contraint les banquiers centraux à changer leur fusil d’épaule après des années de politique monétaire ultra-flexible. Le choc a été ressenti à la fois sur les actions et les obligations. Même en décembre, ces deux actifs sont restés sous la pression de la politique monétaire toujours agressive des banques centrales.

Notre expert, Johan Gallopyn, analyse les tendances sur les marchés en décembre 2022.

Marchés d’actions : les banques centrales font peur aux marchés boursiers en décembre aussi

En plus des données économiques indiquant un ralentissement de l’inflation, en décembre, les banques centrales ont continué à surprendre avec leurs perspectives restrictives pour leur politique monétaire. Cela a inversé la tendance plus positive sur les marchés financiers qui avait été créée par les données d'inflation récemment meilleures que prévu aux États-Unis. Les cours des actions ont baissé, et décembre a ainsi reflété l'année 2022 dans son ensemble.

Les bourses européennes ont mieux performé en décembre que les bourses américaines, où les valorisations sont encore plus élevées et où les actions de croissance sont davantage représentées. La bourse américaine est donc plus sensible aux perspectives de taux d'intérêt. Grâce à leur performance au dernier trimestre, les marchés boursiers européens ont réussi à combler leur retard de performance par rapport aux bourses américaines pour 2022. Au cours des premiers mois de l'année, les bourses européennes ont performé significativement moins bien en raison de la guerre en Ukraine et de la crise énergétique. Les marchés émergents ont affiché un tableau mitigé en décembre, avec des performances positives sur les marchés d'Europe de l'Est et des performances négatives en Amérique latine. Cette performance divergente est l’inverse de ce qui était observé au cours des premiers mois de l'année. La bourse chinoise a enregistré une forte performance en décembre en raison du changement d'attitude du gouvernement chinois envers sa politique zéro-Covid. Cependant, la performance reste extrêmement faible pour l'année entière.

En décembre, tant aux États-Unis qu'en Europe, les actions de valeur ont affiché une performance significativement meilleure que les actions de croissance, continuant ainsi la tendance de 2022.
Marchés d'actionsDécembre 3 moisDepuis 31/1212 mois
MSCI EMU NR-3.6%12.8%-12.5%-12.5%
MSCI EUROPE NR-3.5%9.5%-9.5%-9.5%
MSCI USA NR-9.2%-1.8%-14.6%-14.6%
MSCI JAPAN NR-3.3%3.9%-11.2%-11.2%
MSCI EM. MARKETS NR-4.9%0.7%-14.9%-14.9%
MSCI AC WORLD NR-7.3%0.8%-13.0%-13.0%
Performances en EUR au 31/12/2022 Source : Bloomberg

Marchés obligataires : Taux d'intérêt plus élevé en 2022 et plus élevé en décembre

Début 2022, le taux allemand à 10 ans était encore négatif à -0,15 % et le taux de son homologue américain était de 1,5 %. Alors que les goulets d'étranglement dans les chaînes d'approvisionnement exerçaient déjà une forte pression à la hausse sur les prix, l'invasion de l'Ukraine par la Russie a entraîné une flambée des prix de l'énergie et des denrées alimentaires. La plupart des banques centrales ont été contraintes de relever fortement leurs taux directeurs afin de maîtriser l'inflation et de maintenir l'ancrage des anticipations d'inflation à long terme. La Réserve fédérale a mis en place le cycle de taux d'intérêt le plus abrupt (la plus forte hausse de taux dans le plus court laps de temps) au cours des dernières années. Il en a résulté la pire année pour les marchés obligataires jamais enregistrée !

Après s'être détendus au cours du mois de novembre grâce à de meilleures données sur l'inflation, les rendements obligataires ont à nouveau fortement augmenté en décembre en raison du discours des banques centrales. Les rendements allemands à 10 ans ont augmenté de plus de 60 points de base en décembre pour dépasser 2,5 %, soit un peu plus que le sommet d'octobre. Les taux américains à 10 ans ont augmenté moins fortement, de 30 points de base, pour atteindre 3,87 %. Ces derniers sont restés bien en-dessous du niveau d'octobre.

Après leur forte baisse en novembre, les écarts de taux des obligations d'entreprises de qualité et à haut rendement en Europe ont légèrement diminué en décembre. Cependant, ils se situent toujours à des niveaux bien supérieurs à ceux du début de l'année 2022.
Taux gouvernementaux 10 ansActuelDécembre 3 moisDepuis 31/12
Belgique3.220.730.453.04
France3.120.710.402.92
Allemagne2.570.640.462.75
Italie4.720.840.203.54
Grèce4.620.47-0.243.29
Espagne3.660.720.373.10
Etats-Unis3.870.270.052.36
Japon0.420.170.180.35
Evolution jusqu'au 31/12/2022Source : Bloomberg

Banques centrales : Surprise de la BCE et de la Banque du Japon

La Banque centrale européenne a relevé son taux de dépôt de 1,5 % à 2,0 % en décembre, comme prévu. Mais le message selon lequel les responsables politiques ont l'intention de relever les taux d'intérêt "sensiblement plus loin" a été plus strict que prévu. En outre, il a été annoncé que la banque centrale commencera à réduire son portefeuille d'obligations (dans le cadre du programme d'achat d'actifs) à partir de mars 2023, à raison de 15 milliards d'euros par mois en moyenne. Ce rythme est considéré comme très modéré.

Après quatre hausses consécutives de 75 points de base, la Réserve fédérale a relevé son taux directeur de 50 points de base le mois dernier, comme prévu. Les commentaires du président J. Powell restent assez agressifs : il a déclaré que le FOMC a encore besoin de " beaucoup plus de preuves " avant d'être sûr que l'inflation est en baisse. Il a réaffirmé s'attendre à plusieurs autres hausses de taux d'intérêt. Les membres de la Fed ont encore revu à la hausse leurs projections de taux d'intérêt (appelées "dot plots") sur la base d'une prévision plus élevée de l'inflation de base en 2023. L'estimation médiane des membres de la Fed quant au pic du taux d'intérêt cette année est maintenant de 5,1 %, ce qui est supérieur aux attentes du marché.

La banque centrale du Japon a également créé la surprise. Elle a élargi de manière inattendue la marge de tolérance de 0,25 % à 0,50 % autour de son objectif de rendement de 0 %. Le taux directeur est resté inchangé. L'assouplissement de l'objectif de contrôle de la courbe des rendements peut être le signal d'un relâchement progressif de son contrôle sur la courbe des taux, mais ne doit probablement pas être considéré comme l'annonce d'une politique monétaire moins souple.
Tarif Banque centraleActuelDernier mouvementDate
Fed funds4.25-4.5%+0.50%Déc. 2022
BCE taux de dépôt2.0%+0.50%Déc. 2022
Situation au 31/12/2022 Source : Bloomberg

Devises : Une BCE restrictive pousse l'euro à la hausse

Au cours du mois dernier, outre la Réserve fédérale, la BCE et la Banque du Japon, de nombreuses autres banques centrales (au Royaume-Uni, en Suisse, en Norvège, etc.) ont remis le couvert. Les commentaires restrictifs de la BCE ont amené le marché à réviser sensiblement à la hausse ses attentes concernant les taux d’intérêt directeurs dans la zone euro, qui se trouvent maintenant bien au-delà de 3 % pour 2023. Cela a entraîné un renforcement de l'euro par rapport à la plupart des autres devises. Par exemple, le dollar s'est affaibli de près de 3 % par rapport à l'euro en décembre, mais reste encore 5,8 % plus élevé qu'au début de 2022. Le yen japonais a réussi à se renforcer par rapport à l'euro en raison de la décision de la banque centrale japonaise.

La monnaie chinoise s'est renforcée par rapport à la devise américaine et s'échange à nouveau en-dessous de 7 renminbis par dollar. Le marché se projette vers 2023, lorsque l'économie chinoise connaîtra une reprise après la vague d’infections actuelle, tandis que l'économie américaine pourrait se diriger vers une récession. Cela se traduit déjà par une réduction de l'écart de taux d'intérêt sur les obligations à long terme des deux pays, au détriment du dollar.
DevisesActuelDécembre3 moisDepuis 31/12
USD1.071-2.9%-9.2%5.8%
GBP0.885-2.6%-0.9%-5.2%
JPY140.412.3%1.0%-7.3%
CHF0.990-0.6%-2.3%4.6%
Evolution par rapport à l'EUR jusqu'au 31/12/2022 Source : Bloomberg

Matières premières : Les craintes croissantes de récession pèsent sur les cours

La volatilité a été la marque de fabrique du marché des matières premières, qui, en 2022, a été pris en étau entre les tensions géopolitiques et les craintes croissantes de récession. Le mois de décembre n'a pas été différent. Après la forte chute de novembre, les prix du pétrole Brent sont restés assez stables dans l'ensemble (en dollars). Le marché craint que les risques croissants de récession ne freinent la demande. En outre, l'introduction par les pays du G7 d'un plafond sur les exportations de pétrole offshore de la Russie n'a pas entraîné de hausse des prix. Les prix du gaz naturel en Europe ont fortement baissé, pour atteindre 70 Eur/MWh, le niveau le plus bas depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie. L'UE a finalement convenu d'un plafond (180 Eur/MWh) pour le gaz russe. L'impact devrait être limité étant donné le niveau élevé du plafond et les conditions avant son entrée en vigueur. Un temps plus doux et une baisse saisonnière de la demande industrielle ont alimenté cette baisse à un moment où les niveaux de stockage sont relativement élevés.

Les produits de base industriels sont restés assez stables en décembre, mais ont baissé sur l'ensemble de l’année 2022 malgré le fort rebond dans les premiers mois de l'année. La réouverture de la Chine (en tant que grand consommateur de matières premières industrielles) a été favorable en décembre, mais le ralentissement de la croissance mondiale l'a contrebalancé.

Le prix de l'or s’est consolidé en décembre, clôturant l'année pratiquement sans changement (en dollars). Toutefois, l'environnement des taux d'intérêt est resté défavorable à l'or au cours du mois dernier. L'affaiblissement du dollar et les achats probables des banques centrales non occidentales (Chine, Russie, etc.) qui diversifient leurs réserves par rapport au dollar ont été des facteurs de soutien, en plus du risque géopolitique élevé.
Matières premièresCurrentDécembre3 moisDepuis 31/12
Matières premières (GSCI)610.07-1.8%0.4%8.7%
Pétrole (Brent)85.910.6%-2.3%10.5%
Or1824.023.8%9.2%-0.1%
Evolution en USD jusqu'au 31/12/2022 Source : Bloomberg
Restez informé
Abonnez-vous à notre blog
Recevez nos nouveaux articles quand vous le désirez ! Découvrez tout sur l’investissement durable, l’économie, Wealth Management ou la vie des entreprises.
Nous respectons votre vie privée et veillons à ce que vos données soient traitées en toute sécurité.
Partager l'article
Plus sur ce thème:
Réglementé par l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) et la Banque Nationale de Belgique | Tous droits réservés 2022, Degroof Petercam