Nos experts suivent de près les évolutions macro-économiques et les marchés financiers.

Secteur biotech : tendances et prévisions pour 2023

Christophe Dombu Youta - Sell-Side Equity Analyst Biotechnology
La conférence annuelle Degroof Petercam Healthcare s'est tenue récemment, en présence de plus de 25 sociétés biotechnologiques privées et cotées. Un bon moment pour Christophe Dombu Youta, Sell-Side Equity Analyst Biotechnology, pour discuter des tendances et des attentes pour le secteur des biotechnologies en 2023.

Quel est l’objectif de cette conférence unique ?

Nous avons accueilli plus de 25 entreprises privées et cotées réparties sur 4 jours. Il s'agissait à la fois d'entreprises qui développaient des médicaments innovants ou des équipements médicaux. La conférence Degroof Petercam Healthcare met en relation des entreprises prometteuses avec des investisseurs du monde entier et les entreprises aiment saisir cette opportunité pour mettre en avant leurs dernières données ainsi que le potentiel futur de leur thérapie. En outre, cela nous permet, à nous analystes, de voir ce qui se passe tant avec les entreprises qu'avec les investisseurs et de faire une évaluation de la situation actuelle du secteur.

Quelles sont les principales conclusions que vous avez tirées de cet événement ?

Que, d'abord et avant tout, il y a encore suffisamment d'appétit pour le secteur des biotechnologies, en particulier parmi les fonds d'investissement spécialisés, malgré une année 2022 difficile au cours de laquelle le sentiment du secteur a pris une brèche importante. Les investisseurs adoptent donc une attitude plus critique par rapport aux années précédentes et, par exemple, attendent plus souvent un data package plus complet et un business plan réaliste. Dans cette optique, notons que plusieurs sociétés de biotechnologie sont sur le pont pour obtenir le financement nécessaire à la mise en œuvre de leurs projets. Par exemple, 40% des sociétés cotées présentes ont besoin d'un financement supplémentaire dans les 12 prochains mois. De plus, nous avons vu un pipeline bien rempli de sociétés privées relativement matures avec des données convaincantes qui ciblent une introduction en bourse dès que les conditions s'améliorent.

Comment les entreprises de biotechnologie font-elles face à ce besoin aigu de financement ?

Les options traditionnelles sont l'émission d'actions nouvelles, bien qu'avec une forte décote, ou d'obligations convertibles. Ils concluent également souvent des partenariats avec des acteurs pharmaceutiques plus importants pour réduire les coûts associés au développement clinique. Quelque chose que nous avons également vu récemment avec, par exemple, la société biotechnologique française Abivax, est la vente d'une redevance aux investisseurs. Alternativement, les entreprises peuvent également supprimer des programmes de recherche ou mettre en œuvre une restructuration.

Pouvez-vous expliquer à nouveau comment le secteur s'est retrouvé dans cette situation ?

Avant la pandémie de Covid, le secteur était déjà quelque peu surchauffé. Les valorisations des sociétés de biotechnologie ont été propulsées pendant des années par un financement abondant et des taux d'intérêt relativement bas.

Pendant la pandémie, ce sont d'abord les actions dites Covid telles que Moderna qui ont connu une dynamique positive, mais en partie parce que tout le monde a pu découvrir ce que la biotechnologie peut apporter à la société, cette dynamique s'est propagée à presque tout le secteur grâce à l'engagement des investisseurs particuliers. Les sociétés de biotechnologie, y compris celles présentant un profil de risque plus élevé, en ont profité avec empressement pour entrer en bourse. Pour vous donner une idée : environ 25 % des entreprises de biotechnologie entrées en bourse depuis 2018 n'avaient pas encore de données cliniques, ce qui augmente considérablement le profil de risque.

Alors pourquoi les entreprises de biotechnologie sont-elles tombées en disgrâce ?

À la fin de 2021, nombre de ces investisseurs particuliers ont pris leurs bénéfices et, en partie à cause de facteurs macroéconomiques tels que l'inflation et la hausse des taux d'intérêt, qui réduisent la valeur actuelle des flux de trésorerie futurs, mais aussi l'invasion de l'Ukraine au début de 2022, de nombreux investisseurs ont cherché refuge dans des secteurs moins risqués.

Une reprise du secteur biotech en bourse est-elle possible ? Et quand voyez-vous cela arriver ?

Sur la base des données historiques, nous ne doutons pas que le secteur se redressera, la question est plutôt de savoir quand. Nous voyons déjà plusieurs facteurs qui pourraient favoriser une reprise, peut-être même cette année.
  • Tout d'abord, de bons résultats d'essais cliniques dans des domaines pathologiques difficiles (par exemple, pour Argenx, nous attendons des résultats de l'étude de phase 3 pour une nouvelle indication au deuxième trimestre) et une réponse indulgente de la FDA (ce qui signifie une approbation des médicaments candidats d'UCB pour la plaque psoriaris et myasthénie grave).
  • En outre, des prix favorables et de bonnes ventes de nouveaux médicaments innovants sont importants pour la relance du secteur. Considérez, par exemple, le médicament VYVGART d'Argenx, qui a généré 400 millions de revenus lors de sa première publicité l'année dernière.
  • Un dernier facteur concerne les acquisitions : à la fin de l'année dernière, nous avons également enregistré des acquisitions de plusieurs milliards de dollars aux États-Unis, et nous pensons que cette tendance se poursuivra cette année, également en Europe, en raison des faibles valorisations de nombreuses entreprises et de la nécessité de grandes sociétés pharmaceutiques pour renforcer leur pipeline.
Restez informé
Abonnez-vous à notre blog
Recevez nos nouveaux articles quand vous le désirez ! Découvrez tout sur l’investissement durable, l’économie, Wealth Management ou la vie des entreprises.
Nous respectons votre vie privée et veillons à ce que vos données soient traitées en toute sécurité.
Partager l'article
Plus sur ce thème:
Trust. Knowledge.

Trust. Knowledge.

Depuis 1871, nous nous efforçons d'être, non la plus grande, mais bien la maison d’investissement de référence. Trust et Knowledge sont inscrits dans notre ADN.
Réglementé par l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) et la Banque Nationale de Belgique | Tous droits réservés 2022, Degroof Petercam