Nos experts vous tiennent informé des dernières évolutions des marchés.
wance-paleri-HPM0CDfNtx0-unsplash
Monthly Market News

Monthly Market News mai 2022 – Tendances sur les marchés

Par Johan Gallopyn - Investment Desk Analyst
Les cours des actions ont considérablement fluctué en mai, tandis que les rendements obligataires se sont stabilisés. Le prix du pétrole a encore augmenté. Notre expert, Johan Gallopyn, analyse les tendances sur les marchés en mai 2022.

Marchés d’actions : quasi-statu quo des marchés boursiers toujours très volatils

De fortes fluctuations de prix ont marqué le mois dernier, tant à la hausse qu'à la baisse. En mai, le S&P a connu la plus forte baisse quotidienne (-4 %) depuis près de deux ans. Elle a fait entrer brièvement le marché boursier américain en territoire ‘bear market’ (baisse de 20 % depuis le récent sommet, en termes de dollars). Les autres bourses ont suivi un parcours similaire. Outre les craintes liées à l'inflation et aux taux d'intérêt déjà présentes, l’origine de ce sentiment négatif réside dans les perspectives décevantes annoncées par les détaillants Target et Walmart aux États-Unis à la suite de la publication de leurs résultats trimestriels. Les entreprises s'inquiètent de leurs marges bénéficiaires en raison de la hausse des coûts (main-d'œuvre, transport, etc.) et des difficultés des chaînes d'approvisionnement. Les investisseurs y ont vu le signal que, outre la hausse des taux d'intérêt, les bénéfices des entreprises seraient également un facteur défavorable aux marchés des actions dans les mois à venir.

Vers la fin du mois, les marchés boursiers ont pu se redresser pour rester pratiquement stables sur le mois. D'autres détaillants ont pu confirmer des perspectives plus favorables lors de la publication de leurs résultats trimestriels, tandis que la conviction que l'inflation a atteint un pic gagne du terrain. Des données économiques solides aux États-Unis et l'assouplissement des mesures de confinement en Chine ont également soutenu le marché. Le marché boursier chinois (CSI300) a pu se stabiliser après plusieurs mois plutôt faibles.
Au cours de la première partie du mois, les actions ‘value’ ont surperformé les valeurs de croissance, tant aux États-Unis qu'en Europe. À la fin du mois, les valeurs de croissance ont repris le dessus grâce à la stabilisation de la tendance des taux d'intérêt et à l'amélioration générale du sentiment du marché.
Marchés d’actionsMai3 moisDepuis 31/1212 mois
MSCI EMU NR0.6%-2.1%-10.4%-4.1%
MSCI EUROPE NR-0.8%-0.5%-6.6%3.0%
MSCI USA NR-1.8%-1.6%-8.9%11.1%
MSCI JAPAN NR0.1%-3.3%-8.1%-1.1%
MSCI EM. MARKETS NR-1.1%-2.8%-6.3%-8.5%
MSCI AC WORLD NR-1.4%-1.3%-7.5%6.4%
Performances en EUR au 31/05/2022 Source : Bloomberg

Marchés obligataires : stabilisation, mais tendance divergente des taux en mai

Après le fort mouvement à la hausse des mois précédents, la tendance des rendements obligataires s'est stabilisée en mai. Aux États-Unis, en particulier, il y a eu une certaine détente, le rendement à 10 ans ayant culminé à 3,15 % avant de retomber à 2,84 %. En Europe, en revanche, les rendements allemands à 10 ans sont restés proches de leurs récents sommets de 1,1 %. Aux États-Unis, les taux d'intérêt réels ont dépassé 0 % début mai pour la première fois depuis le début de la pandémie, et se sont ensuite stabilisés. L'autre composante des taux d'intérêt nominaux, l'anticipation implicite de l'inflation, a même baissé. Pour le taux d'intérêt allemand, la baisse des anticipations implicites d'inflation a été plus que compensée par la nouvelle hausse des taux d'intérêt réels. Cela reflète l'évolution des attentes du marché concernant l'agressivité des banques centrales dans les deux régions. Après le bond d'avril, les écarts de taux d'intérêt par rapport à l'Allemagne des autres obligations d'État de la zone euro ont encore légèrement augmenté.

Les spreads des obligations d'entreprises ont continué à se creuser en mai, reflétant (la perspective d')un environnement économique plus difficile et (d')un environnement monétaire plus strict.
Taux gouvernementaux 10 ansActuelMai3 moisDepuis 31/12
Belgique1.710.201.161.53
France1.640.181.031.44
Allemagne1.120.180.991.30
Italie3.120.351.411.95
Grèce3.580.241.052.24
Espagne2.230.251.111.66
Etats-Unis2.84-0.091.021.33
Japon0.240.010.050.17
Evolution jusqu'au 31/05/2022Source : Bloomberg

Banques centrales : focus sur la BCE

Début mai, la Réserve fédérale a annoncé comme prévu une hausse des taux de 50 points de base et le début officiel de la réduction de son bilan à partir de juin. De nouvelles hausses de 50 points de base sont prévues lors des prochaines réunions du FOMC (Federal Open Market Committee), mais des voix s'élèvent pour demander une pause dans le cycle des taux d'intérêt par la suite.

Une première hausse des taux par la Banque centrale européenne en juillet semble être une certitude. La présidente Christine Lagarde a même laissé entendre que la BCE mettrait fin aux taux d'intérêt négatifs en septembre. Plusieurs responsables de la BCE ont exprimé leur inquiétude quant à la faiblesse de l'euro, qui compromettrait l'objectif de stabilité des prix de la BCE. Un rythme plus rapide que les augmentations de 25 points de base ne semble pas probable pour le moment, même si certains membres de la BCE ont commencé à évoquer la possibilité de 50 points de base.

En Chine, le taux de base pour les financements à 5 ans a été légèrement abaissé. Cette baisse de taux est destinée à donner aux particuliers la possibilité de contracter un prêt hypothécaire à un taux d'intérêt plus faible. Cependant, le taux directeur n'a pas encore été abaissé. Cette réticence peut probablement s'expliquer par la différence croissante que cela créerait avec les taux d'intérêt américains et les flux de capitaux que cela déclencherait.
Tarif Banque centraleActuelDernier mouvementDate
Fed funds0.75-1.0%+0.50%Mai 2022
BCE taux de dépôt-0.5%-0.1%Déc. 2021
Situation au 31/05/2022 Source : Bloomberg

Devises : l'euro se redresse

Après la faiblesse qui a débuté en février, l'euro a pu regagner du terrain par rapport à la plupart des autres devises. Par rapport au dollar, l'euro s'est renforcé de 1,8 %, réduisant la perte depuis le début de l'année à 5,6 %. Les raisons en sont, d'une part, le changement de dynamique des anticipations de politique monétaire dans les deux régions, où, dans la zone euro, les attentes du marché en matière de hausse des taux d'intérêt ont encore augmenté, tandis qu'aux États-Unis, elles sont restées stables. D'autre part, l'amélioration du climat sur les marchés d'actions a moins soutenu le dollar "sûr", en particulier dans la dernière partie du mois.
La couronne norvégienne s'est affaiblie par rapport à l'euro malgré la hausse des prix du pétrole. La banque centrale a laissé ses taux d'intérêt inchangés au début du mois de mai, comme prévu, et devrait poursuivre son rythme trimestriel de hausse des taux en juin. Les attentes du marché avaient précédemment évolué vers un rythme plus rapide des hausses de taux d'intérêt.

La monnaie chinoise s'est encore affaiblie face au dollar mais a pu limiter ses pertes grâce à l'amélioration de la situation liée au Covid. Les devises des marchés émergents se sont également stabilisées, à l'exception de la livre turque qui a poursuivi sa chute. L'inflation a atteint 70 % en avril, et aucune hausse des taux d'intérêt n'est attendue.
DevisesActuelMai3 moisDepuis 31/12
USD1.073-1.8%4.2%5.6%
GBP0.850-1.4%-1.6%-1.1%
JPY137.95-0.7%-6.9%-5.4%
CHF1.029-0.2%0.1%0.9%
Evolution par rapport à I'EUR jusqu'au 31/05/2022 Source : Bloomberg

Matières premières : le prix du pétrole approche de son plus haut niveau

Le prix du pétrole Brent a clôturé au-dessus de 120 USD par baril en mai. Le prix se rapproche ainsi de son récent sommet de 128 dollars atteint début mars, le sommet historique étant à 146 dollars en 2008. L'OPEP+ s'en tient à son plan visant à augmenter la production d'environ 400 000 barils par mois, un objectif en place depuis l'année dernière. La réticence du groupe à augmenter plus rapidement la production de pétrole, malgré les développements géopolitiques, fait grimper les prix. Lors du sommet européen de la fin du mois, l'UE a pu convenir d'un embargo sur la majeure partie du pétrole russe. Les exceptions sont les pays très dépendants qui ne peuvent pas trouver rapidement des alternatives, comme la Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque. Le marché a également réagi par une hausse (limitée) des prix.

Les métaux industriels ont continué à baisser en mai (-6,2 % pour le GSCI Industrial Metals). La baisse s'est produite principalement dans la première moitié du mois, poursuivant la tendance du mois d'avril. Par la suite, les prix se sont stabilisés grâce à un léger relâchement des lockdowns en Chine.

Le prix de l'or a fluctué autour de 1 850 USD l'once en mai, mais a clôturé en baisse dans l'ensemble. La stabilisation des rendements obligataires (nominaux et réels) a réduit la pression sur le prix du métal précieux, tandis que la faiblesse du dollar a apporté un soutien supplémentaire.
Matières premièresActuelMai3 moisDepuis 31/12
Matières premières (GSCI)786.453.9%16.8%40.1%
Pétrole (Brent)122.8412.3%21.6%57.9%
Or1845.97-3.3%-2.8%1.1%
Evolution ie EUR jusqu'au 31/05/2022 Source : Bloomberg
Restez informé
Abonnez-vous à notre blog
L'actualité financière vous intéresse ? Abonnez-vous à notre blog et recevez les nouveaux articles directement dans votre boîte e-mail.
Nous respectons votre vie privée et veillons à ce que vos données soient traitées en toute sécurité.
Partager l'article
Plus sur ce thème: