Nos experts vous tiennent informé des dernières évolutions des marchés.
Hugo Lasat

Hugo Lasat : « Ma madeleine de Proust, c’est gérer et développer nos quatre lignes de métiers intégrés ».

Par Degroof Petercam - Marketing & Communication Specialist
« Parlez-nous d’abord de vous. Nous parlerons ensuite de votre patrimoine ». Telle est notre philosophie lorsque quelqu’un envisage de nous confier la gestion de son histoire patrimoniale. Dans le même esprit, faisons d’abord connaissance avec Hugo Lasat, notre nouveau CEO, avant de l’interroger sur ses ambitions pour le Groupe Degroof Petercam.

Quand Hugo Lasat répond à Marcel Proust

Bonjour Hugo, pour cerner votre personnalité, le questionnaire de Proust s’imposait. D’autant plus que Marcel Proust est né en 1871. Comme notre maison !
Hugo Lasat : Une année décidément intéressante. 1871, c’est aussi la rencontre de Stanley et Livingstone !
Place à la rencontre alors. Quelle est votre vertu préférée ?
HL : L’authenticité. Être vrai vis-à-vis des autres.
Quel sont les qualités humaines que vous préférez ?
HL : L’intelligence émotionnelle et l’ouverture d’esprit.
Votre principal trait de caractère ?
HL : Indiscutablement : l’autonomie. Avant de commencer chez mon employeur il y a 30 ans, j’avais passé un test de personnalité. « Pourrait avoir des problèmes avec sa hiérarchie » (rires). Ca ne s’est pas trop mal passé en fin de compte ! En fait, dans ma jeunesse, j’ai très vite dû m’orienter par moi-même.
Votre principal défaut ?
HL : J’en ai beaucoup. Mais disons, parfois une certaine naïveté et une grande exigence.
Celui qui vous horripile chez les autres ?
HL : J’en vois deux, en fait. Comme j’aime pouvoir compter sur les autres, je déteste le manque de loyauté. Le second : slopiness… je ne connais pas l’équivalent en français.
…Que vous maîtrisez pourtant parfaitement.
HL : Je suis un pur bruxellois néerlandophone. Un ketje de Bruxelles, de la rue Lesbroussart à Ixelles où mes parents tenaient une boulangerie-pâtisserie.
Splopiness, l’indolence, la négligence ?
HL : Oui, c’est ça, la négligence, professionnelle mais pas seulement.
Quel plat préférez-vous ?
HL : Hum…Je suis gourmand avec une prédilection pour un ingrédient que j’apprécie particulièrement : la truffe !
Votre auteur préféré ?
HL : J’ai dévoré tous les livres de Robert Ludlum. J‘adore ce mélange de suspense fictionnel avec la recherche du réalisme.
Actuellement sur votre table de chevet ?
HL : Un libre passionnant de Wilfried Janssens sur Voltaire. La face sombre de l’homme des Lumières. Très éclairant.
Une activité phare (en dehors du travail) :
HL : Ma famille et mes amis. Le golf aussi. Je n’ai pas un super handicap, mais peu importe, j’aime bien l’idée de jouer avec d’autres et contre soi-même.
Al Gore et Hugo Lasat
Un modèle ?
HL : Deux. Dans ma sphère professionnelle, une femme incroyable de ténacité : Ana Bottin, chairman de la banque Santander. Devenue présidente de l'entreprise en 2014, après le décès soudain de son père, elle a réussi un coup d'éclat en 2017 lorsque Banco Santander a racheté Banco Popular en difficulté pour 1 euro, devenant ainsi la plus grande banque d'Espagne. Pas mal, non ? Par la suite, elle s'est concentrée sur les entrepreneurs, soutenant les petites entreprises et les entreprises détenues par des femmes. Très inspirante pour moi. Audace, créativité, engagement.
Le second ?
HL : Al Gore. Un homme politique courageux. En quelque sorte, un lanceur d’alerte climatique que j’ai eu la chance de rencontrer. Nous partageons une même vision sur les enjeux environnementaux.
Sans transition et pour conclure ce volet de votre parcours de vie, votre club de football ?
HL : Mon père était un fervent supporter d’Anderlecht. Donc moi, de Bruges ! Autonome, je vous disais !

Une grande passion pour la gestion. Une solide conviction pour la durabilité.


Parlons maintenant de votre parcours professionnel. Dans le cadre de Degroof Petercam, vous avez dirigé DPAM (Degroof Petercam Asset Management), une entité au sein du Groupe qui gère l’activité de gestion et de distribution des fonds de placement pour une clientèle institutionnelle.
Dans le fond, d’où vous vient votre intérêt marqué pour… les fonds de placement ?
HL : J’ai toujours considéré que le métier d’asset management était le plus beau métier du monde. Avoir une idée, l’analyser, la réaliser et assumer les conséquences de son choix. Évidemment, on ne maîtrise pas toujours tout – surtout dans un monde financier où on n’a pas toute l’information, où tout évolue et change en permanence – mais être à l’origine d’un projet, la création d’un fonds, et le porter jusqu’à ce qu’il produise des résultats, c’est extrêmement valorisant. Supporter les conséquences de ses choix procure un stress, certes, mais éminemment positif et stimulant. Car en en fin de compte, on fait tout cela pour le client.
Vous avez été un pionnier de l’investissement responsable et porté une conviction que le monde de la gestion devait s’engager dans cette voie.
HL : C’est vrai et depuis longtemps, dès les années 90. Cette conviction-là n’était alors pas du tout prise au sérieux. Il faut dire que les marchés étaient essentiellement aux mains de décideurs anglo-saxons pour qui seule la performance financière comptait. Sacrifier le rendement au profit d’une démarche environnementale, sociale et de gouvernance (ESG) était tout bonnement inconcevable. À contre-courant, j’ai toujours été convaincu – et aujourd’hui encore plus – qu’on pouvait parfaitement réconcilier et combiner objectifs financiers et enjeux de durabilité.
Dans une perspective de meilleure gestion donc ?
HL : Pas seulement. En fait cette démarche rend notre entreprise relevant. Pertinente par sa value proposition, en termes d’impact réel que celle-ci peut avoir sur la société au sens large. Gérer les avoirs de nos clients avec des résultats financiers et la possibilité de mettre œuvre des aspects de durabilité leur procure un meilleur rendement : les résultats financiers et extra-financiers qui se renforcent mutuellement. Cette démarche s’inscrit aussi dans l’ADN de notre entreprise. Nous sommes un acteur financier qui a toute sa place sociétalement parlant.
C’est votre ligne de développement pour la maison Degroof Petercam ?
HL : Ce n’est pas qu’un cahier de charge. C’est un comportement qui est au cœur de notre entreprise. ‘Créer une prospérité collective et responsable’ fait partie de la raison d’être de notre groupe, non parce que nous le devons, mais parce que nous le voulons.

Gérer et développer : deux piliers d’une stratégie

Abordons le dernier volet de cette rencontre : votre rôle en tant que CEO. Tout d’abord, le contexte dans lequel vous avez accepté cette nouvelle responsabilité.
HL : En fait, au départ, c’est Bruno Colmant qui, il y a plusieurs mois, a indiqué vouloir se focaliser sur la direction de la banque privée. Par parenthèse, et pour la petite histoire, Bruno et moi nous nous sommes rencontrés en 1986 chez Arthur Andersen, devant un distributeur de boissons ! Il était alors senior advisor et moi assistant. La roue tourne ! Depuis 30 ans, nous nous croisons régulièrement dans nos parcours professionnels respectifs. Nous nous connaissons donc très bien.
Degroof Petercam cherchait un nouveau CEO. Et ensuite ?
HL : Par le passé, comme CEO de DPAM, j’avais eu l’occasion informelle d’exprimer mes vues sur l’organisation et la stratégie de Groupe. Puis, il y a eu une recherche de candidats et le président de notre conseil d’administration, Gilles Samyn à qui j’avais aussi exprimé mes convictions m’a proposé « de sortir du bois » pour pouvoir mettre en œuvre les propositions que je défendais. Quand l’opportunité s’est présentée, j’ai souhaité la saisir et mettre mon expérience au service de la maison. J’ai posé une condition importante à mes yeux : mon projet devait recueillir l’unanimité des actionnaires. Ce qui s’est passé.
Quelle est donc cette vision et les lignes de force de cette stratégie ?
HL : Je suis là pour gérer et développer Degroof Petercam. Je vous l’ai dit, ma madeleine de Proust, c’est gérer et développer nos quatre lignes de métiers intégrés. Ensemble, avec tous mes collègues.
Développer quoi en fait ?
HL : Nous avons un portefeuille d’activités et d’expertises unique que nous mettons au service de nos clients. Quand j’observe nos concurrents, en fait, tous nous envient les quatre métiers dans lesquels nous sommes déjà bien présents : banque privée, gestion institutionnelle, investment banking et gestion administrative des fonds. Ces expertises que nous avons la chance de posséder par historique et par compétences forment un écosystème fantastique.
Un exemple ?
HL : Notre département Corporate Finance conclut un deal avec une entreprise, grande ou moyenne. L’actionnaire principal nous fait savoir qu’il souhaiterait être accompagné pour la gestion de son patrimoine privé et devient client de notre Private Banking. Son portefeuille est construit entre autres avec des fonds patrimoniaux gérés par cette dernière et des expertises spécifiques développées par DPAM. DPAM fait appel à l’asset services maison pour le volet administratif de ces fonds de placement. Tout est intégré. Évidemment, toutes ces expertises peuvent être utilisées par nos clients séparément et répondent donc à de très nombreuses typologies de clientèle. Peu de sociétés ont ces compétences et des centres de décision si proches. Last but not least, avec des actionnaires familiaux qui ont une vision long terme.
C’est cette spécificité que vous voulez développer ?
HL C’est évident. Chaque métier a ses spécificités, son périmètre à étendre, à consolider le cas échéant. Quatre exemples significatifs parmi d’autres. Pour la banque privée, à Luxembourg, devenir un hub international. En Belgique, tant en Flandre qu’à Bruxelles et qu’en Wallonie, résolument renforcer notre position. Pour la gestion institutionnelle, être présents sur des marchés où DPAM a une plus-value indiscutable. Récemment nous avons lancé une joint venture à Hong Kong. Juste pour vous donner une idée. Pour l’investment banking, continuer à faire rayonner nos activités de Corporate Finance en Belgique et en France, de même que l’accompagnement de nos clients en matière d’opérations sur le marché des capitaux.
Un mot clé pour votre stratégie ?
Scalability. Le fait d’être évolutif en permanence. L’environnement dans lequel nous opérons est en train de changer à grande vitesse. Les besoins de nos clients, les contraintes réglementaires, les évolutions technologiques. Dans le fond, ce n‘est pas nouveau. C’était déjà comme ça quand j’ai commencé ce métier il y a 30 ans. La seule différence, c’est l’accélération. Un autre changement majeur dans les années à venir, je l’ai évoqué, c’est l’enjeu ESG.
De nombreux défis donc !
HL : Surtout de nouvelles opportunités à saisir. Il y a plusieurs façons d’atteindre un but. Tous les chemins mènent à Rome, non ?
Exact. « Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux », a dit Marcel Proust. Merci Hugo.

Restez informé
Abonnez-vous à notre blog
Recevez nos nouveaux articles quand vous le désirez ! Découvrez tout sur l’investissement durable, l’économie, Wealth Management ou la vie des entreprises.
Nous respectons votre vie privée et veillons à ce que vos données soient traitées en toute sécurité.
Partager l'article
Plus sur ce thème:
Réglementé par l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) et la Banque Nationale de Belgique | Tous droits réservés 2021, Degroof Petercam