Nos experts vous tiennent informé des dernières évolutions des marchés.
tendensen-op-de-markten-juli-2021
Monthly Market News

Monthly Market News Juillet 2021 – Tendances sur les marchés

Par Johan Gallopyn - Investment Desk Analyst
Les marchés d’actions ont connu un mois volatil. Les inquiétudes concernant la reprise de la croissance mondiale suite à la propagation du variant delta ont pesé sur la confiance des investisseurs. De nouveaux records ont néanmoins été enregistrés en Europe et aux États-Unis. Les bourses chinoises ont été surprises par les mesures drastiques de régulation des autorités.
Notre expert, Johan Gallopyn, analyse les tendances sur les marchés en juillet 2021.

Marchés d’actions : volatilité accrue, mais nouveaux records atteints

La plupart des marchés d’actions ont de nouveau gagné du terrain en juillet, à l’exception des marchés émergents (et en particulier des bourses chinoises), en raison des mesures de contrôle et de régulation plus strictes prises en Chine sur les entreprises principalement du secteur technologique. Les fluctuations des cours ont été plus importantes que les mois précédents. Le Stoxx600 européen a ainsi enregistré sa plus forte baisse journalière de l’année (-2,3 %) en juillet. Le S&P 500 a pour sa part limité les dégâts à -1,6 %, son plus important recul en une séance depuis mai. L'incertitude quant aux conséquences de la progression du variant delta sur la reprise économique a provoqué une poussée temporaire de l'aversion pour le risque. Cela s’est traduit par une baisse des cours boursiers, surtout des valeurs plus cycliques. Cela ne fût toutefois que temporaire : le S&P 500 et le Stoxx 600 ont tous deux atteint un nouveau plafond historique le mois dernier. Les cours ont été soutenus par les publications des résultats des entreprises du deuxième trimestre. Alors que les prévisions bénéficiaires avaient déjà été revues à la hausse à un rythme record dans le courant du trimestre, les résultats publiés jusqu’ici dépassent encore les attentes. 
Sur les marchés émergents, les actions chinoises ont dévissé, les investisseurs ayant été surpris par la dureté des mesures prises par les autorités chinoises à l’encontre des entreprises actives dans l'enseignement privé en ligne. Les établissements actifs dans ce secteur sont désormais obligés de se convertir en organisations sans but lucratif et les investissements étrangers ne sont, par ailleurs, plus possibles. Cette correction a eu lieu alors que les cours des actions technologiques chinoises étaient déjà en recul depuis le début de l'année à cause d’un renforcement de la pression réglementaire. Les entreprises visées par la réglementation sont souvent cotées « offshore », aux États-Unis ou à Hong-Kong. L'indice Hang Seng a chuté de plus de 13 % en juillet. Les cours se sont aussi repliés (-8 %) du côté des actions « onshore » A (c'est-à-dire cotées en Chine continentale).

Marchés obligataires : nouveau glissement des rendements obligataires

Les inquiétudes concernant les conséquences de la progression du variant delta sur la reprise économique se sont également manifestées par un rebond des cours des obligations « sûres ». Le taux américain à 10 ans est ainsi brièvement passé sous la barre de 1,2 % et son équivalent allemand est retombé sous -0,45 %. Ce mouvement a été amplifié par certains acteurs du marché qui étaient positionnés pour une remontée des taux longs et qui ont ajusté leur position. Les taux actuels représentent une baisse relativement importante par rapport aux niveaux les plus élevés du début de l’année (1,75 % pour les taux américains et -0,10 % pour les taux allemands). Dans la zone euro, les taux des pays du Sud n’ont pas entièrement suivi les taux allemands dans leur baisse, ce qui a entraîné un léger élargissement des spreads.
Les incertitudes autour de la reprise économique ont provoqué un regain d’aversion pour le risque au détriment des obligations d’entreprise. Les spreads ont augmenté pour les émetteurs de qualité (« investment grade »), et surtout pour les émetteurs à haut rendement (« high yield »).

Banques centrales : la BCE applique désormais un objectif d'inflation symétrique 

La Banque centrale européenne (BCE) a publié les résultats de l’évaluation stratégique de sa politique monétaire. Désormais, elle appliquera un objectif d'inflation symétrique de 2 % à moyen terme. Jusqu'à présent, l'objectif était de maintenir l'inflation proche mais en-dessous de 2 %. La BCE confirme ainsi qu'elle tolérera des dépassements temporaires de ce seuil. Les marchés y ont vu un signe selon lequel la banque s’engageait à maintenir les taux bas pour une période plus longue.
La Réserve fédérale américaine n’a pas donné de nouvelles indications concernant le calendrier du début du démantèlement de son programme d’achat d’obligations. Le marché continue donc de spéculer sur le fait qu’une annonce se produira lors du symposium des banquiers centraux qui se déroulera fin août à Jackson Hole, ou le mois suivant.
La Banque centrale chinoise a annoncé une réduction de 0,5% du taux de réserves obligatoires (RRR) pour la plupart des banques. La BPC invoque des raisons techniques pour expliquer la baisse du RRR, mais aussi le soutien à l'économie réelle à travers une réduction du coût de financement, notamment pour les petites entreprises. Cette annonce marque un changement de position de la Banque centrale, mais il est peut-être trop tôt pour espérer un assouplissement de la politique monétaire.

Devises : peu d’évolutions notables

Les devises n'ont pas connu de mouvements importants au cours du mois écoulé. Le renforcement du dollar s’est interrompu dans le courant du mois en raison d’une Réserve fédérale qui ne semble pas pressée d’entamer la réduction de ses achats d’obligations, et d’un taux de croissance économique plus faible que prévu. 
Les devises des pays émergents se sont, de manière générale, légèrement dépréciées en juillet. La progression du variant delta pourrait avoir plus d’incidence sur l’activité économique dans ces pays. La campagne de vaccination y est généralement beaucoup moins avancée que dans les pays occidentaux. 
Le bitcoin et les autres cryptomonnaies sont par ailleurs restés très volatiles en juillet. Le cours du bitcoin a brièvement grimpé à 40.000 dollars à la suite d'informations selon lesquelles Tesla accepterait la cryptomonnaie comme moyen de paiement, après un examen plus approfondi de son impact environnemental. Les rumeurs selon lesquelles Amazon accepterait également le bitcoin ont été démenties par l'entreprise elle-même.

Matières premières : pétrole volatil à cause des tensions au sein de l’OPEP+ 

Après avoir dû annuler leur réunion début juillet, les membres de l’OPEP+ sont finalement parvenus à un compromis. Un accord a été trouvé sur une augmentation mensuelle de la production de 400.000 barils par jour entre août et décembre. Les tensions tournaient autour de la demande des Émirats arabes unis, qui voulaient augmenter leur niveau de production de base. Finalement, il a été convenu que les Émirats, l'Arabie saoudite, la Russie, le Koweït et l'Irak pourraient produire 1,6 million de barils supplémentaires à partir de mai 2022. Après avoir dans un premier temps augmenté (à 77 dollars début juillet) en raison de l’absence d’accord sur un renforcement de la production à partir du mois d’août, le cours du Brent est ensuite retombé sous les 70 dollars le baril une fois l’accord conclu. L’or noir est par la suite reparti à la hausse.
Après un bref recul en juin, les prix des métaux industriels ont progressé en juillet. La demande moins forte en Chine a été contrebalancée par le changement de ton de la Banque centrale chinoise, alors que la demande dans le reste du monde se renforce et que l’Europe a confirmé son engagement en matière de transition énergétique (plan « Ajustement à l'objectif 55 »), ce qui soutiendra la demande de métaux industriels.
Le prix de l’or a rebondi après sa forte chute en juin. Vu les risques de ralentissement de la reprise à cause de la progression du variant delta, les banques centrales ne seront pas enclines à resserrer rapidement leur politique monétaire. La baisse des taux réels aux États-Unis a aussi joué en faveur de l’or.
Restez informé
Abonnez-vous à notre blog
Recevez nos nouveaux articles quand vous le désirez ! Découvrez tout sur l’investissement durable, l’économie, Wealth Management ou la vie des entreprises.
Nous respectons votre vie privée et veillons à ce que vos données soient traitées en toute sécurité.
Partager l'article
Plus sur ce thème:
Réglementé par l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) et la Banque Nationale de Belgique | Tous droits réservés 2021, Degroof Petercam