Nos experts vous tiennent informé des dernières évolutions des marchés.
crisis-pandemie-winnaars-verliezers

Les gagnants et les perdants de la crise

Par Céline Boulenger - Economist
Alors que de nombreux pays développés, dont la Belgique, font face à une deuxième vague de contaminations, d’autres ont réussi à l’éviter, et ont retrouvé leur vigueur économique d’avant la crise. On observe aussi qu’au sein de chaque pays, certaines tranches de la population souffrent beaucoup plus que d’autres, ce qui augmente les inégalités sociales. Il semblerait donc, que même si la pandémie touche le monde entier, nous ne sommes pas tous égaux face à celle-ci. Comme pour de nombreuses crises, il y a des perdants, mais aussi des gagnants.

L’Est réussit là où l’Ouest échoue

Alors que les premiers cas de coronavirus ont été recensés en Chine, et que les semaines de confinement total ont été brutales pour l’économie chinoise, cette dernière bénéficie aujourd’hui d’une croissance décente, et tant la production que la consommation sont revenues à la normale. En revanche, en Europe, bien que l’économie avait été relancée durant l’été, celle-ci se retrouve une nouvelle fois asphyxiée par une deuxième vague de contaminations. La consommation dans de nombreux domaines est à nouveau à l’arrêt. Jusqu’à présent, la Chine n’a pas connu de deuxième vague, si ce n’est que des minuscules vaguelettes par-ci, par-là. Certains disent que sa chance aura été d’avoir été touchée la première, c’est la théorie du « First in, First out ». D’autres pensent que c’est sa gestion de la crise qui fait d’elle une gagnante. Enfin, elle a également bénéficié d’une demande accrue pour ses exportations grâce à la pandémie. En effet, la demande pour le matériel médical, comme les masques, mais aussi les biens technologiques nécessaires au télétravail a fortement augmenté depuis mars. Cette hausse des exportations aura été un énorme coup de pouce pour sortir de la crise économique. La Chine n’est pas le seul pays de l’Asie de l’Est à avoir géré correctement la crise. Il y a également Taiwan, le Vietnam, le Japon et la Corée du Sud. Il faut bien sûr nuancer ses propos lorsqu’on parle de « gagnants » de la pandémie, puisque la Chine va malgré tout connaitre une croissance affaiblie cette année à cause de la pandémie. Cependant, par rapport à l’Europe, aux Etats-Unis, aux pays d’Amérique latine ou à l’Inde, elle s’en sort extrêmement bien.

Inégalités sociales

Lorsqu’on observe la situation au sein de chaque pays, on peut observer que ce sont les plus vulnérables qui souffrent le plus, et ce pour plusieurs raisons.
1.
Premièrement, le virus en lui-même a tendance à contaminer les populations les plus pauvres car celles-ci souffrent plus souvent de maladies chroniques, mais aussi parce qu’elles habitent dans des quartiers surpeuplés.
2.
Deuxièmement, les familles à petits revenus ont été plus fortement touchées par les vagues de chômage, parce qu’elles n’avaient pas la possibilité de télétravailler. Par le même biais, les mesures de confinement ont accentué les inégalités en matière d’éducation, puisque certains élèves n’avaient pas accès à un ordinateur ou internet.
3.
Enfin, la pandémie accélère la transition vers la numérisation et l’automatisation du travail, entraînant la disparition de nombreux emplois. Des études effectuées sur d’autres pandémies, comme la grippe espagnole de 1918, montre que les classes les plus pauvres sont souvent celles qui sont le plus touchées. En moyenne, chaque pandémie amplifie les inégalités des revenus de près de 1,5 %, une augmentation importante puisque celles-ci ont tendance à évoluer lentement dans le temps.
La progression des inégalités sociales est très inquiétante, puisqu’elles peuvent avoir un impact négatif sur la croissance économique. Et cela parce qu’elles amènent, entre autres, à :
1.
une allocation des ressources et du capital inefficace ;
2.
une réduction de l’investissement ;
3.
une faiblesse de la production ;
4.
une baisse de la demande des consommateurs ;
5.
une instabilité sur les marchés financiers.
Trop d’inégalités sociales peuvent être un élément déclencheur de crises économiques, comme ce fut le cas de la crise de 2008. Combattre les inégalités est un des challenges majeurs du 21e siècle, car celles-ci suivaient déjà une courbe ascendante avant l’arrivée de la pandémie.

Une période de crise n'est pas seulement une période d'anxiété et d'inquiétude. Elle donne une chance, une occasion de bien choisir ou de mal choisir.

Des entreprises s’enrichissent

On peut aussi se pencher sur la question de l’impact de la crise sur les entreprises. Une nouvelle fois, on voit que celui-ci a été extrêmement différent d’un secteur à l’autre et que ce sont souvent les petites et moyennes entreprises qui payent les frais. D’une part, le secteur des « Big Tech » a réalisé des gains importants. Amazon, par exemple, a rapporté une augmentation de ses ventes de plus de 40 % d’avril à juin. Facebook, Microsoft, Netflix, Apple, et Google font aussi partie des grands gagnants, tout comme certaines technologies nécessaires au télétravail, comme la plateforme Zoom. A cette liste s’ajoutent les entreprises pharmaceutiques qui vendent le matériel nécessaire pour se protéger contre la pandémie, ou les laboratoires qui travaillent sur des vaccins potentiels. D’autre part, de nombreuses entreprises dans le secteur de la restauration, aérien ou des énergies fossiles, ont vu leurs revenus dégringoler depuis le début de la pandémie, et des faillites semblent inévitables si les gouvernements n’interviennent pas en conséquence.
L’année 2020 étant presque écoulée, nous pouvons aujourd’hui faire un bilan sur ces derniers mois et observer que les plus grandes victimes de la crise sont généralement les plus vulnérables, que ce soit au niveau de la population que des entreprises. De plus, certains pays d’Asie s’en sortent plutôt bien car ils ont réussi à contrôler la pandémie et éviter un retour des contaminations. Reste à savoir si nos gouvernements vont arriver à mettre des mesures en place pour éviter une montée dangereuse des inégalités.
Partager l'article
Plus sur ce thème:
MAGAZINE

Wealth Review

Éte 2021

Lire plus
Cette édition se place sous le signe de notre 150e anniversaire. Un regard vers le passé pour une meilleure vision des tendances de demain.
Par nos experts
Jérôme van der Bruggen - Head of InvestmentsBruno Colmant - CEO & Head of Private BankingCéline Boulenger - EconomistSilvia Steisel - Managing Director of Degroof Petercam Foundation
Réglementé par l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) et la Banque Nationale de Belgique | Tous droits réservés 2021, Degroof Petercam