Nos experts vous tiennent informé des dernières évolutions des marchés.
Le marché de l'art en 2021 -img1

Le marché de l'art en 2021 : comment gérer les problématiques de demain ?

Par Eugénie Dumont - Art Collections Manager
Avec le recul, 2021 a sans aucun doute été l'année d'une renaissance sans précédent pour le marché de l'art :
des titres juteux, des ventes solides et des foires bondées.
Au cours du premier semestre seulement, les ventes d'art contemporain ont dépassé le chiffre d'affaires de 2020, les taux d'invendus ont diminué et les ventes numériques et leur prix moyen ont atteint de nouveaux sommets.
La saison d'automne est arrivée comme un stimulant important avec des œuvres de qualité supérieure attendues depuis longtemps (entre autres, les collections Cox et Macklowe) et le retour des grandes foires dans le monde entier.
Au milieu de l'excitation, la mise en lumière des préoccupations sociales et environnementales a accéléré le développement de nouvelles pratiques commerciales plus durables, avec un certain nombre de pays rapatriant des œuvres d'art pillées dans leur pays d'origine, comme l’Allemagne, mais aussi de nombreux artistes qui se sont engagés activement pour soutenir leurs pairs souffrant d'une atteinte à la liberté d'expression à l'étranger.
Enfin, la transformation numérique s'est accélérée avec l'arrivée houleuse des Non Fungible Tokens (NFT), perturbant le marché avec des ventes record et ouvrant la porte à l'innovation pour un marché plus transparent.
Tout cela semble presque trop beau pour être vrai. Ce n'est pas le cas, mais les histoires à succès cachent des problématiques profondes, laissées dans l’ombre. Il reste à espérer que les préoccupations sociales et l'innovation digitale ouvriront la voie à un marché plus sain.

Les ventes virent au rouge

Les ventes mondiales en 2021 ont affiché des chiffres solides et des taux d’invendus en baisse, probablement en raison de la frénésie des jeunes collectionneurs HNW, des records incroyables et du retour des ventes de chefs-d'œuvre.
Toutefois, la performance globale a été influencée positivement par des paris surprenants sur de jeunes artistes. Alors que les résultats pour les artistes établis et les chefs-d'œuvre modernes ont montré une augmentation globale saine - envoyant un signal stable au marché - nous sommes maintenant confrontés à la question de la longévité des artistes de la prochaine génération ? Avec l'évolution rapide des goûts, la demande pour les artistes de la nouvelle génération dépasse de loin l'offre disponible, avec des listes d'attente interminables et des prix insoutenables, ce qui entraîne des tendances spéculatives. Cela pourrait être lié au comportement d'une nouvelle génération de collectionneurs, ouvrant la voie à des cycles de tendances plus rapides et à une nouvelle vague peinte en rouge.

Consolidation des goûts et écart grandissant

En phase avec les préoccupations sociales et environnementales, l'art émergent fait un tabac. Les thèmes de l'identité, de la race et du genre arrivent sur le devant de la scène, les femmes artistes et les artistes de couleur étant de plus en plus recherchés par les collectionneurs.
Bien que la représentation féminine ait considérablement augmenté ces deux dernières années, les ventes restent faibles par rapport à celles de leurs homologues masculins. La première vente (Women) Artists de Sotheby's en mai était un bon coup de marketing, comparé à la vente d’art contemporain du soir à Londres cet automne, où le chiffre d'affaires des artistes féminines ne représentait que 11% du total des ventes, et 18% pour l'équivalent chez Christie's. On pourrait penser que ce préjugé ne s'applique pas au jeune marché parallèle des Non Fungible Tokens (NFT), mais le même écart peut être observé, les femmes cryptoartistes ne représentant que 16 % du marché. Un tel déséquilibre dans la représentation des sexes pourrait avoir une explication logique dans l'art ancien, où les femmes servaient de modèles plutôt que d'artistes, mais l'excuse ne tient plus. Les institutions mondiales font désormais amende honorable pour leur comportement passé en organisant de nombreuses expositions consacrées exclusivement aux artistes de couleur. Le même changement doit encore être observé pour les artistes féminines, car il subsiste un écart important dans la représentation des galeries de premier ordre qui favorisent les artistes masculins.
The Relationship in between, B Ajay Sharma | Lame de fer et bois | Dimensions : Lame de fer sans Bois - 83 x 83 x 20 cm, 2021 | Crédits : Crédits photographiques à Sylvère Cipriani et à la galerie Félix Frachon

Là où le soleil se lève

Tous les regards se tournent vers l'Est. Il y a quelques années seulement, les grandes maisons de vente aux enchères ont commencé à inclure l'art occidental dans leurs ventes à Hong Kong. Depuis lors, la numérisation du marché, qui a détruit les frontières physiques, et l'émergence de la nouvelle génération de collectionneurs fortunés ont fait grimper la part de marché de l'Asie, qui se rapproche désormais de celle des États-Unis.
On peut se demander si cette tendance reflète un marché plus équilibré, ou si ce changement entraînera une nouvelle autorité à long terme sur les États-Unis et l'Europe. De fait, les collectionneurs asiatiques ne se concentrent pas uniquement sur les artistes locaux, mais élargissent plutôt leurs horizons pour s’approprier l’art occidental. Le contraire ne s'applique pas, si l'on regarde les lots proposés à Londres et à New York, avec une faible représentation asiatique dans leur offre. Peut-être n'apprécions-nous pas leur valeur à juste titre, ou bien les récentes mesures de répression de la liberté d'expression ont-elles fait fuir les artistes de leur pays d'origine, laissant un approvisionnement en art local plus mince. Cela dit, les artistes asiatiques ont tendance à rester dans leur pays d'origine, ce qui renforce la visibilité et la demande locales. Ils prennent désormais les devants au niveau mondial, notamment par le biais de leur génération Y de collectionneurs HNW. Grâce aux ventes digitales et à l'absence de frontières physiques, l'accès en ligne est désormais donné à une génération férue de technologie qui est prête à acheter en un clic.

Derrière les écrans

Développées à l'origine comme un mécanisme d'adaptation aux restrictions liées au Covid, les ventes en ligne ont bondi cette année. Ce canal numérique a abaissé les barrières d'entrée pour les collectionneurs de la génération Y, plus avertis en matière de technologie que leurs homologues plus âgés. Il a également ouvert les frontières géographiques pour permettre un accès en temps réel à l'échelle mondiale. Ce phénomène est probablement combiné à la montée en puissance des collectionneurs émergents venus de l'Est.
Grâce à la combinaison de catégories et de thèmes flexibles, ainsi qu'à une plus grande ouverture sur le marché, les ventes en ligne ont contribué à atténuer l'impact de la pandémie tout en ouvrant les portes à de nouveaux acheteurs du monde entier.

Capital virtuel

La poussée vers un marché de l'art digital a également été déclenchée par l'essor des Non Fungible Tokens (ou jetons non fongibles, NFT). Beeple est désormais le troisième artiste vivant le plus cher, aux côtés de David Hockney et Jeff Koons. Avant mars 2021, son nom était inconnu pour beaucoup, mais sa vente aux enchères record chez Christie's l'a propulsé dans les hautes sphères. « Everyday : the first 5000 days » s’est vendu pour près de 70 millions de dollars.
Depuis lors, la ruée vers l'or par le biais des NFT n'a pas cessé. Par ailleurs, les ventes secondaires des NFT ont augmenté au cours de l'année, ce qui confirme la présence durable de ce marché parallèle.
D'un point de vue philanthropique, les NFT ont également trouvé un usage positif pour les institutions qui ne parviennent pas à maintenir des programmes d'acquisition en raison d'un manque de financement et de l'impact du Covid. Lorsque les musées tournent à vide, la création de NFTs soutient leur financement pour la restauration ou l'acquisition de nouvelles œuvres, tout en recréant une relation avec les jeunes générations qu'ils avaient perdues de vue.

Voir la réalité en face

Bien que le Covid ait eu un impact négatif indéniable sur le marché de l'art, tant en termes de ventes que pour le secteur culturel, il a mis en lumière plusieurs problèmes à résoudre. Des améliorations considérables ont été constatées grâce à la digitalisation des ventes, ouvrant le marché et abaissant les barrières d'entrée pour les jeunes artistes et collectionneurs. Cette pandémie a également permis la création d'un nouveau marché parallèle et d'œuvres d'art virtuelles à la symbolique unique, donnant ainsi plus de pouvoir aux artistes et établissant de nouveaux goûts.
Ces évolutions positives accélérées par le Covid ne résolvent pas tous les problèmes historiques du marché, comme le manque de transparence ou de liquidité. Il se peut aussi qu'il en ait créé de nouveaux. Dans un marché animé par des cycles de tendances plus rapides et des prix insoutenables grâce aux canaux de vente digitaux, comment éviter de brûler la carrière de jeunes artistes en pleine ascension ? La montée des collectionneurs asiatiques s’accompagne d’une raréfaction de l’art occidental vers l’Orient. Faut-il alors craindre un futur déséquilibre en conséquence de cette vague unidirectionnelle ? Si les NFT peuvent aider les institutions et créer une nouvelle vague d'esthétique pour la prochaine génération, est-il encore possible d'apporter un cadre réglementaire qui ne nuira pas à ce marché en pleine croissance en lui retirant son principal avantage ?
Ces tendances vont certainement se consolider avec le temps, et il est difficile d’en prédire la direction. Il y a malgré tout une certitude, c’est que le marché de l’art a réussi l’exercice de réinvention pour s’adapter à son nouvel environnement.
Vous envisagez d'investir dans l'art ? Vous souhaitez créer, gérer ou transférer une collection d'art ? Notre département Art Advisory vous assure les conseils d'experts indépendants en art et la protection de votre collection.
Partager l'article
Plus sur ce thème:
Tous droits réservés 2021, Degroof Petercam